avion electrique

Lancair EP de Great planes

Le Lancair taille réelle

C'est par hasard, en allant régler l'avion d'un gars de mon village, que je suis tombé sur ce Lancair. Son état général laissait à désirer: une aile était abimée à deux endroits sur le bord d'attaque et le tout était réparé avec du scotch. Les bouts d'ailes en fibre étaient en plusieurs morceaux. La roue avant (directrice) est complètement arrachée. Enfin, le fuselage au niveau du bati moteur était complètement fissuré et réparé à l'époxy. Par contre, le capot n'est pas abimé car l'ancien propriétaire volait sans. Le moteur était positionné trop en avant, empéchant ce capot de fermer. 

Il n'avait pas fière allure ce Lancair... 

Malgré l'état avancé de l'engin, il m'a plu immédiatement. Le fuselage est entièrement réalisé en fibre de verre, peint en violet et blanc. Les empenages et les ailes sont en Balza entoilés au film thermorétractable. Bref, ça me change de la frigolite!

Première étape négocier un prix ou mieux, un échange. Dans l'état dans lequel il est, il vaut maximum mon Nakajima qui a lui aussi fort mal vieilli (visuellement). Affaire conclue, il est temps de passer à la restauration de cette épave.

Je commence par réparer les ailes et je les entoile avec un nouveau film. Ensuite je renforce l'avant du fuselage à la fibre de verre et je construis une nouvelle cloison pare-feu à la bonne dimension pour pouvoir loger le moteur sous le capot. Dans la foulée, je renforce le support de roue avant à la fibre et la repositionne dans l'axe.

Les winglets en fibre m'ont demandé pas mal d'effort. Ces bouts d'ailes avaient fort souffert et ont dû être recollés avant d'être mastiqués, poncés et repeints. J'ai passé une soirée entière rien que pour ces deux éléments!

Opération réussie, mon Lancair est complètement remis à neuf. Il reste néanmoins une fissure de +- 1 cm sur le fuselage mais un masticage à cet endroit imposerait de repeindre l'entièreté du fuselage. Pour 20 euros de matériel, le résultat est largement mieux que je l'imaginais au départ.

Pour le matériel, j'ai mis des servos multiplex nano S à la place des Towerpro qui s'y trouvait. J'ai conservé le moteur Turnigy et le contrôleur JETI 30A qui conviennent très bien à ce modèle. L'accu est un Lipo 2500 Mha 11.1V qui garanti un temps de vol proche des 25 minutes en volant de façon réaliste.

L'heure du décollage est arrivée. J'ai quelques craintes sur le positionement du moteur mais à part cela, tout semble au point. Je le taxie en bout de "piste" aidé par la roulette directrice très efficace. A ce propos, il peut faire un cercle complet d'un rayon d' 1.5m maximum sur une piste en dur.

Ma piste étant très courte, je mets les gaz en grand pour éviter toute mauvaise surprise. En +- 5m, il est déjà en lévitation dans l'air. Je réduit la puissance au tier pour voler en palier, de manière réaliste. Toutes les commandes répondent à la perfection et les trajectoires sont limpides. Le petit kilo et le petit mètre du Lancair n'empèchent pas d'avoir la sensation de piloter un avion beaucoup plus grand. Il possède une certaine inertie très agréable en virages ou lors des figures. Les tonneaux, loopings et le vol dos passent sans problème. La voltige accadémique ne lui fait absolument pas peur, la puissance ne sera jamais prise en défaut. Par contre, cela ne correspond pas à la vocation de ce modèle de tourisme qui prend toute sa dimension lorsqu'il est piloté sur les trois axes, tout en douceur. 

La ligne épurée du Lancair est très bien reproduite sur cette réplique de Great planes. Il est magnifique sous tous les angles... Seule ombre au tableau du réalisme, j'ai laissé les garnitures de roues de côté et je lui ai mis des roues plus grandes et mieux amorties. Avec elles, le Lancair est capable de décoller et atterrir convenablement sur une piste en herbe tondue à ras.

Il me reste aussi à lui trouver un cône d'hélice adapté à la sortie arrondie du capot...

Seul l'atterrissage demande un peu plus de concentration. Il arrive plutôt vite et il faut arrondir parfaitement la trajectoire pour éviter les rebonds. Avec un peu d'entrainement, il est possible de le poser sur ses roues arrières avant de poser l'avant.Sur une piste bien dimensionnée, cette opération est relativement facile mais sur ma piste de fortune, il faut bien gérer l'approche! L'atterrissage du lancair est magnifique de réalisme. Il est sans doute l'avion le plus agréable à poser que j'ai essayé.

Aucun regret donc. Cet échange vallait la peine. Le Nakajima est un très bel avion volant parfaitement bien, avec une finition impeccable mais c'est agréable de posséder et faire voler un modèle construit en matériaux "nobles" tel que le Lancair. Et rien que pour les phases d'atterrissage, ça vallait la peine!!!

 

Ajouter un commentaire
 
avion electrique

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site