avion electrique

Ultra Micro Beast E-Flite

 

 

Envergure: 372mm
Longueur: 400mm
Surface alaire:5.40dm²
Poids en ordre de vol: 67g 

 

Une seule vidéo sur youtube a suffi à me convaincre d'acquérir le dernier né de chez E-flite. En plus de son look ravageur, le Micro Beast possède de réelles capacités en vol. Equipé d'un moteur Brushless, il laisse la gamme Minium de Kyosho loin derrière, à tous les niveaux.

Quand on sait en plus que la conception a été réalisée en collaboration avec le champion de voltige Quique Somenzini, la dépense des quelques 130€ semble inévitable...  

Et autant le dire tout de suite, je ne regrette pas du tout cette acquisition, j'ai même depuis revendu mon Minium Edge 540 devenu prèsque obselète à côté de cette merveille!!!

 

                 

La présentation est super soignée comme c'est souvent le cas avec E-flite. Tout est dans la boîte, l'accu, le chargeur et bien sûr le Beast tout monté avec toute l'électronique embarquée. Même le récepteur est intégré, ce qui agacera tous les non-possesseurs d'une radion compatible DSM2. En clair, il est impossible d'utiliser une radio autre que celles recommandées par le fabricant. J'utilise depuis peu la Spectrum DX6I, qui me satisfait entièrement. Heureusement que ne n'ai pas acheté la futaba!!! Cette remarque est vraiment critiquable d'un point de vue marketing car de nombreux pilotes passeront à côté de ce superbe engin à cause d'un partenariat d'exclusivité très restrictif.

   

Le chargeur est un exemple de simplicité. Un bouton, deux leds, prises crocodiles pour relier à une baterie 12 Volts et c'est tout! Pour 130€, j'aurais au moins apprécié recevoir l'adaptateur 220 Volts mais celui-ci est vendu séparément!!! Plus de 15€! La, ça frise un peu l'arnaque quand même. Et le pire est à venir: l'accu se charge via une prise d'équilibrage spécifique à E-flite. Résultat, mes 3 accus de la même dimension ne sont ni compatibles avec le chargeur, ni avec l'avion! Ca oblige forcément à acheter les accus spécifiques. Et encore un 15aine d'€ partie chez E-flite! 

Pour cloturer sur ce point, E-flite n'a pas jugé bon de glisser une hélice de rechange dans la boîte. Et pour cause, ils la vendent séparément en échange de 4,50€!!! 

Voilà, tous les points négatifs sont cités, le reste est largement plus réjouissant. Le look est grandiose et la finition exemplaire. Les ailes sont reliées entre elles par des haubans en carbone tout comme le stabilisateur. Le résultat est bluffant de réalisme, surtout sur un biplan de seulement 37Cm. Le déco est elle aussi magnifiquement réalisée avec ses dizaines de minuscules autocollants. Bref du grand art!

Le moteur est un micro brushless outruner de 2300KV. A l'usage, il se révèle parfaitement adapté dans toutes les configurations de vols. Il est suffisament puissant et souple tout en étant sobre en consommation. L'accu fourni est un 2s 120mAh qui peut tenir 6-7 minutes en vol. J'ai depuis racheté un 180mAh qui tient une dizaine de minutes sans économiser les électrons.   

Seule ombre à l'aspect maquette, les deux servos d'ailerons sont bien visibles sous les ailes. A cette échelle, difficile de critiquer ce choix. Ils auraient pu intégrer un unique servo dans le fuselage, mais la précision des ailerons n'auraient certainement pas été si bonne.

A peine sorti de la boîte, le Beast est prêt à prendre son envol. Il ne reste qu'à charger l'accu et à relier l'életteur à l'avion. Pour se faire, rien de plus simple avec la Spectrum. On branche l'accu et ensuite on allume la radio en maintenant l'inter (bind/écolage) vers le haut. Après quelques secondes, un bip sonore prévient de la réussite de la manoeuvre.

Pour le premier vol, les conditions météo sont excellentes avec très peu de vent.

Je n'ai pas jugé utile de régler les débattements et exponentiels. Erreur! Le Beast est quazi incontrôlable. Les ailerons et la profondeur sont d'une vivacité incroyable! Je le pose tant bien que mal dans l'herbe et j'ajoute 25% d'exponentiel sur tous les axes. Je garde toutefois les débattements au maximum.

Ce coup ci, le microbe décolle parfaitement et se dirige au doigt et à l'oeil! Il reste quand même hyper nerveux à la profondeur. Après quelques tours de  terrain, je suis déjà convaincu des ses qualités: les commandes sont précises, la puissance est correcte  et son look en vol est super! Le vol lent est paisible, les trajectoires sont très propres et l'avion se montre sécurisant. En bridant les débattements, il pourrait même être piloté par un débutant à l'aise avec un trainer.

Par contre, l'autonomie de ce premier vol est ridicule. Après deux/trois minutes, la puissance chute et je dois déjà le poser. J'imagine que l'accu n'était pas encore rodé ou que je l'avais mal chargé car par la suite, cet accu 120 mhA s'est montré bien plus endurant (+-6 mn)

J'enchaine avec l'accu 180 mhA. Elle est un peu plus longue et lourde, mais le centrage n'est pas affecté.

Le décolage est très court. En trois/quatre mètres, il est déjà en l'air. Le décolage peut aussi se faire de façon plus réaliste en le faisant rouler sur une dizaine de mètre à mi-gaz. La roulette de queue directrice permet de garder une trajectoire bien rectiligne dès le début du roulage. Splendide!! 

La puissance du moteur est plus importante qu'au premier vol, preuve que l'accu précédent était mal chargé. Le Beast peut monter à la verticale sur plusieurs dizaines de mètres mais pas indéfiniment. Les boucles peuvent donc êre d'un diamètre énorme.

La vitesse est impressionante pour un si petit modèle. Il faut être bien concentré pour attaquer les passages à fond de gaz au ras du sol! A cette échelle, il faut suivre car le beast s'éloigne très très vite!

Le moteur brushless est un pafait compromis entre vitesse et puissance.    

On sait déjà qu'il vole bien mais que vaut-il en acrobaties

En un mot: sidérant!!! Là où le Minium passait à peine de petites boucles ou tonneaux lents, le Micro beast le relègue au rang d'ancêtre. 

Il enchaine plusieurs tonneaux par seconde, reste bien dans son axe et s'arrête net dès qu'on lui demande. Les tonneux peuvent aussi facilement se faire à faible allure en corrigeant la trajectoire. Dans le même registre, les vrilles et autre déclanchés sont d'une brutalité incroyable. Grâce à sa faible inertie, il peut changer de trajectoire en une fraction de seconde! Vu les performances de l'engin, je le recommande aux pilotes à l'aise en acrobatie...

Le vol dos est une formalité en corrigeant légèrement à la profondeur. A grande ou faible vitesse, cette position est aussi naturelle qu'à l'endroit. Quelle bonheur de pouvoir enchainer les demis-tonneaux si proprement et facilement!

Il est aussi capable de voler aux grands angles en dosant la puissance du moteur. Cette position "queue basse" engendre toutefois un dandinement des ailes difficilement corigeable.

Comble du raffinement, le Micro Beast tient le vol tranche à la perfection. La dérive est bien mordante et permet même de reprendre de l'altitude dans cette position. Les corrections sont bien sûr indispensables mais avec un peu d'entrainement, le vol tranche n'aura plus de secret pour vous! 

Facile à atterrir?

Après une petite dizaine de minutes, il est temps de le poser. La puissance chute d'un coup mais permet quand même de s'aligner à la piste sans stress. 

La finesse de ce micro biplan nes pas terrible et nécessite de garder un filet de gaz pour atterrir proprement. La trajectoire est facile à maintenir, les commandes gardent du mordant même à faible vitesse. A cette allure, le beast se pose en quelques mètres, sans rebonds. Le train et les roues sont bien étudiés et rendent les atterrissages très agréables.

Dommage que l'hélice vienne souvent lécher le sol et s'use donc rapidement. Si les hélices de rechange n'étaient pas si chères, je n'aurais même pas relevé ce point mais à 4,5€, ça fait un peu mal...

Qu'en est-il avec du vent?

Il est bien évident que ce micro modèle est conçu pour voler exclusivement par temps calme ou en salle. Vu que les conditions idéales ne se présentent que très rarement, j'ai pu tester ses aptitudes à affronter le vent. Même avec un vent soutenu (-+10/15 km/h), le vol est tout à fait possible. Seules les phases de décolage et atterrissage sont réellement dangereuses. Rien qu'en posant l'avion sur le sol, il se met à rouler en arrière et se retourne! Dans ces conditions, il vaut mieux le lancer à la main et le poser dans l'herbe car à l'approche du sol, le vent a tendance à le plaquer au sol. Celà m'est arrivé, sans dégât heureusement!

En vol, l'avion est secoué dans tous les sens au moindre coup de vent. Il reste malgré tout pilotable et arrive à remonter le vent grâce à son bon moteur. 

Bien que beaucoup moins précis, il fait mieux que se débrouiller en rapport avec ses 62g!

En conclusion, E-flite nous a créé le micro-modèle ultime. Ce biplan en lui-même est quaziment irréprochable. La finition et les qualités de vol frisent la perfection et la fiabilité semble infaillible. Dommage qu'E-flite n'ait pas été plus généreux au niveau des accessoires fournis mais ce point ne change rien au plaisir de voler à bord de ce superbe micro.

Bien calé dans sa boîte il a naturellement dégagé le minium edge 540 du coffre de ma voiture!!!


Commentaires (1)

1. Sebulba 09/08/2012

Merci pour cet essai très instructif, je suis débutant et je viens de me prendre l'UMX Carbon Cub : un avion plus calme mais un régal également :)
Le plus impressionnant à mon sens est la qualité du vol malgré la taille microbienne de l'engin :)
Bons vols !

Ajouter un commentaire
 
avion electrique

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×